L’impact des tarifs douaniers

Manchettes financières


La Banque du Canada augmente son taux de 0,25 % le 11 juillet pour le porter à 1,5 %. Cela fait 4 hausses de taux dans les 12 derniers mois. Et comme le niveau d’endettement des consommateurs canadiens est élevé par rapport à leur revenu disponible, l'augmentation pourrait avoir un effet modérateur sur les dépenses de consommation et l’immobilier.

 

La période de publication des résultats du deuxième trimestre des compagnies américaines vient tout juste de débuter, Les profits sont censés augmenter de manière phénoménale mais c’est principalement dû à la baisse des impôts de décembre 2017. Ce qui est plus impressionnant est la croissance des ventes prévue en hausse de 8 % par rapport au deuxième trimestre de 2017. À suivre si cela se réalisera.

 

 

L’impact des tarifs douaniers

 

À ce stade, les coûts économiques de la détérioration des relations commerciales semblent faibles. Ils deviendront plus grands et plus difficiles à quantifier lors d'une nouvelle escalade. La perturbation des chaînes d'approvisionnement et la confiance des entreprises et des consommateurs sont autant de facteurs qui pourraient éventuellement compliquer le calcul et amplifier les risques à la baisse. Dans cette situation, le dollar américain et les obligations gouvernementales deviendraient des valeurs refuges. Comme vous pouvez le constater dans le tableau ci-dessous, les tarifs en-vigueur sont mineurs par rapport à ceux en discussion. Seuls les trois premiers et une portion du cinquième sont en vigueur actuellement.


Tarifs douaniers américains

 
Pays affectésProduits affectésTarif (%)Valeur importationsÉtat
À peu près tousAcier2530 milliardsEn vigueur
À peu près tousAluminium1017 milliardsEn vigueur
TousPanneaux solaires et laveuses20 à 3010 milliardsEn vigueur
TousAutomobiles et pièces25 discuté208 milliardsEn discussion
Chine818 produits2550 milliards34 milliards en vigueur
ChineEn discussion10 discuté200 milliardsEn discussion

 

Si une escalade se produit, il deviendrait de plus en plus difficile d'estimer les dommages potentiels en raison des effets économiques secondaires. Par exemple, les risques de dislocation dans la chaîne d'approvisionnement mondiale augmenteraient. De plus en plus d'industries se retrouveraient dans le sillage de la chaîne d'approvisionnement. Certaines entreprises se retrouvent avec trop d'inventaire alors que d'autres n'ont aucun moyen d'en obtenir.

 

 

Certains pays se retrouveraient plus vulnérables que d’autres. Les exportations américaines représentent une part relativement faible de l'économie américaine à 12 %. En Allemagne, par contre, on parle de 47 % du PIB qui est des exportations, 31 % au Canada et 16 % en Chine. À ma grande surprise, la Chine exporte moins que le Canada en pourcentage de son économie.

 

 

 

Marché boursier américain

L’indice S&P 500 américain est en hausse depuis 1 mois aux alentours de 2 800 points.

 

 

Veuillez noter que ces propos reflètent mon opinion et ne constituent en rien des recommandations d'investissement. La situation financière unique de chacun peut faire varier les choix appropriés.

 

Je vous invite d'ailleurs à me transmettre vos questions auxquelles  je pourrai répondre à la prochaine Infolettre pour le bénéfice de tous.

 

Sources :    Perspectives macroéconomiques – Myles Zybloc (6 juillet 2018)

                   The Investment Junction – Fonds Dynamique (juillet 2018)