LES MARCHÉS ÉMERGENTS

Manchettes financières

 

Malgré de bons fondamentaux économiques aux États-Unis, les hausses de taux d’intérêt par la Fed et les tensions commerciales avec la Chine rendent les investisseurs frileux et les marchés boursiers écopent. On vient de vivre une correction au mois d’octobre. Correction à mon avis typique qui se produit historiquement à tous les 9 mois. Rien d’inquiétant ou d’anormal. Par contre, on doit garder en tête que le cycle économique actuel tire à sa fin et qu’une correction plus important finira par se produire.

 

Le risque de récession reste faible aux États-Unis. Malgré que les tendances de fin de cycle se manifestent, le marché de l’emploi se raffermit toujours et la croissance des salaires s’accélère. Cela pourrait repousser la récession de quelques trimestres. Le scénario avec lequel je travaille actuellement est une récession vers fin 2020 / début 2021.

 

D’ici ce temps la volatilité sera au rendez-vous. Les Banques Centrales sont en mode réduction des politiques accommodantes pour l’économie. La raison principale est que l’économie mondiale se porte mieux et l’inflation refait surface car les taux de chômage sur la planète sont de plus en plus bas. Cette baisse de liquidité pourrait réduire la demande pour les actifs moins liquides et augmenter la volatilité.

 

 

LES MARCHÉS ÉMERGENTS

 

Alors que la correction du marché boursier américain s’est passée en octobre, les marchés émergents ont déjà corrigé avant que le mois d’octobre n’arrive. Mis à part l’Argentine, la Turquie et le Pakistan, le reste des marchés émergents se portent bien. La crainte pour les marchés émergents est souvent la même : alors que les taux d’intérêt augmentent aux États-Unis, comment négatif sera l’impact sur les économies émergentes. On doit comprendre que les économies émergentes, autant les pays que les compagnies, empruntent en partie en dollars américains. Qui dit taux d’intérêt américain qui augmente, dit dollar américain qui s’apprécie et dette plus difficilement remboursable pour les économies émergentes. Des échos de la crise asiatique de 1997-98 reviennent hanter les investisseurs et la confiance est facilement ébranlable. Par contre, la situation n’est pas la même qu’à l’époque et la majorité des économies émergents sont plus solides.

 

Peu importe ce qui se passera avec les marchés émergents dans les prochaines années, un scénario défavorable est anticipé par le marché des devises et les marchés boursiers. Il se pourrait donc très bien que la réalité soit une surprise positive par rapport aux attentes. Pour les investisseurs à long terme, les fonds mutuels qui investissent dans les marchés émergents sont attrayants en ce moment comme investissement.

 

Marché boursier américain

L’indice S&P 500 américain est baisse depuis 1 mois aux alentours de 2 800 points.

 

 

Veuillez noter que ces propos reflètent mon opinion et ne constituent en rien des recommandations d'investissement. La situation financière unique de chacun peut faire varier les choix appropriés.

 

Je vous invite d'ailleurs à me transmettre vos questions auxquelles  je pourrai répondre à la prochaine Infolettre pour le bénéfice de tous.

 

Sources :    Mise à jour sur les marches Fidelity (5 novembre 2018)

                   The Economist (22 septembre 2018)

                   The Economist (18 aout 2018)