REER ou CELI?

Sarah-Ève Couturier
09 Février 2018
Partager sur

REER ou CELI : une question que plusieurs se posent et surtout durant cette période puisque la date limite pour cotiser à son REER de l’année précédente est le 1er mars prochain.  Démêlons-nous un peu et survolons les principes de ces deux régimes.

REER – Régime enregistré d’épargne-retraite

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un régime d’épargne qui a été conçu pour épargner en vue de la retraite.

Son principe : la cotisation est déductible ce qui vous procure une économie d’impôt immédiate. Cette épargne prospère entièrement à l’abri de l’impôt tant et aussi longtemps qu’il demeure à l’intérieur du régime. Toutefois, lorsque vous retirez vos placements ils seront alors imposés. Vous pouvez y déposer jusqu’à 18% de votre revenu chaque année jusqu’à concurrence d’un montant maximum.

Là où le REER peut être utile

  • Acheter ou construire sa première résidence grâce au régime d’accession à la propriété (RAP)
  • Financer le retour aux études (REEP)
  • Épargner en vue de la retraite

CELI – Compte d’épargne libre d’impôt

Le CELI quant à lui fonctionne un peu différemment. L’argent placé dans ce régime ne vous procure pas de déduction d’impôt, mais en contrepartie, vos retraits ne sont pas imposables non plus. Différence majeure des REER : votre épargne prospère à l’abri du fisc et vous pouvez faire les retraits que vous voulez sans vous soucier de l’impôt.

Le calcul du plafond de cotisation est également différent du REER. En effet, lors de la création de ce régime en 2009, le plafond était initialement de 5 000 $ par année. À partir de 2013, il a été ajusté à 5 500 $. Il faut aussi noter qu’en 2015, le plafond des cotisations a été augmenté à 10 000 $ pour ensuite redescendre à 5 500 $ l’année suivante. À ce jour, en 2018, votre cotisation totale maximale est donc de 57 500 $.

Là où le CELI peut être utile

  • Épargner en vue de la retraite
  • Rénover la maison
  • Acheter une voiture
  • Lancer une entreprise
  • Effectuer un voyage

Quand c’est avantageux de cotiser à un REER?

Avantageux surtout quand votre salaire imposable (et donc votre taux d’imposition) sera plus grand pendant votre carrière qu’à votre retraite. Exemple : Si votre taux d’imposition est de 40% lors de la cotisation au REER et 30% lors du retrait, cela devient intéressant. En effet, vous ferez alors un gain fiscal de 10% si vous investissez dans un REER! Si vous prévoyez avoir un taux d’imposition plus élevé au retrait qu’à la cotisation, alors ce sera l’effet contraire qui se produira, vous aurez une perte fiscale.

Exprimons l’exemple en chiffre concret :

Scénario #1

Gainfiscal1

Scénario #2

pertefiscale

REER ou CELI ? Dans le cas présent, lorsque vous vous retrouvez dans le scénario 2 il serait judicieux de privilégier le CELI. Et avez-vous pensez au REEE? Comme vous pouvez le constater chaque situation est différente. Il faut prendre le temps de l’analyser avec un professionnel de confiance, contactez-nous il nous fera un plaisir de prendre le temps avec vous.

Vous êtes plus du type visuel? Voyez ce court vidéo de Pierre-Yves McSween à la question suivante « Les REER : est-ce le meilleur moyen pour vous d’épargner? ». 

Mots clés:
  • CELI
  • Impôt
  • Plan de retraite
  • REER
Aucun commentaire Laisser un commentaire

Laisser votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *