Le Bitcoin

Daniel Dionne
Publié par Daniel Dionne
01 Décembre 2017
Partager sur

Manchettes financières

 

Le 22 novembre, l’indice Hang Seng de Hong Kong a franchi la barre des 30 000 points pour la première fois depuis le 3 novembre 2007. Comme tous les autres principaux indices boursiers mondiaux, le Hang Seng s’était effondré lors de la crise financière mondiale de 2008-09. Bien que le récent sommet représente une hausse de 172 % par rapport au creux d’octobre 2008, le Hang Seng, comme les autres principaux indices boursiers, vient tout juste de reprendre le temps perdu des 10 dernières années. Il n’y a que la bourse américaine qui est environ 60 % plus élevée que son sommet de 2007.

Cela m’indique donc que la reprise pourrait se poursuivre encore quelques années, au moins pour les marchés boursiers internationaux.

 

Le Bitcoin

 

La classe d’actif qui fait le plus jaser cette année est définitivement les cryptodevises. À mon avis, le mot devise ne devrait pas être utilisé mais plutôt actif. On ne peut à peu près rien acheter avec ces cryptodevises. Les émissions se font comme une compagnie qui émet des actions pour se financer. Pour moi, le Bitcoin, qui est la cryptodevise la plus populaire, est un actif au même titre qu’une action émise par une compagnie côté en bourse. C’est de cette façon que les mécanismes de réglementations de différents pays ont l’intention de les traiter. Actuellement, il n’y a aucune réglementation derrière les émissions de cryptodevises pour protéger les investisseurs. Selon un article parut sur Bloomberg le 26 novembre, le nombre de comptes pour transiger le Bitcoin et Ethereum à triplé pour passer à 13 millions de compte en 2017. La valeur totale des cryptodevises a atteint 290 milliards.

 

La hausse vertigineuse de plus de 800 % en 2017 fait penser à la fameuse bulle des tulipes. La seule raison, à l’époque, pour laquelle les gens étaient prêts à payer très cher pour un bulbe de tulipe était pour la revendre encore plus chère. Ce même concept s’applique aujourd’hui au Bitcoin. Ce raisonnement se termine souvent d’une manière désastreuse pour le dernier acheteur, et les quelques-uns avant lui.

 

À l’inverse, lorsque vous achetez de l’immobilier, vous aimez le secteur, la localisation est prometteuse, le secteur se développe, vous avez l’intention de rénover et augmenter les loyers, etc. Lorsque vous investissez dans les actions européennes, vous le faites car la situation économique en Europe s’améliore, l’Euro devrait prendre de la valeur, les compagnies se transigent à un prix intéressant, etc. Derrière le Bitcoin, il n’y a pas ce genre de raisonnement. Si le prix ne montait pas, la communauté financière n’en parlerait même pas. Il n’y a aucun fondamental outre l’appât du gain.

 

Ce qui est intéressant derrière les cryptodevises c’est la technologie blockchain qui aura de multiples applications dans un avenir à moyen terme. À court terme, malheureusement, c’est plutôt le crime organisé et le blanchiment d’argent l’utilité principale des cryptodevises. Ainsi que tous ceux qui ne croient pas aux monnaies de leur pays. C’est le cas de plusieurs Africains en Europe qui préfèrent utiliser le Bitcoin pour envoyer une valeur monétaire à leur famille toujours en Afrique. Cette dernière raison de l’utiliser est pour moi la seule raison logique de détenir des Bitcoins. Mais cette raison, à elle seule, ne justifie pas une hausse de 800 % en une année.

 

Ce qui s’en vient ce sont des cryptodevises émises par le gouvernement donc un moyen d’échange officiel. Je ne vois donc pas d’avenir pour les cryptodevises indépendantes. Il n’y a aucune logique à posséder ce genre de monnaie outre que de tenter de réaliser un gain spéculatif. N’importe qui peut émettre des cryptodevises : des bienveillants comme des imposteurs. Des rivaux à Bitcoin naissent à toutes les semaines…

 

 

Marché boursier américain

L’indice S&P 500 américain est en hausse depuis 2 semaines aux alentours de 2 650 points.

 

 

Veuillez noter que ces propos reflètent mon opinion et ne constituent en rien des recommandations d’investissement. La situation financière unique de chacun peut faire varier les choix appropriés.

Je vous invite d’ailleurs à me transmettre vos questions auxquelles je pourrai répondre à la prochaine revue des marchés pour le bénéfice de tous.

Sources : Babillard du marché au 27 novembre 2017 (Placements CI)

Bloomberg – 26 novembre 2017

The Economist – 11 novembre 2017

Aucun commentaire Laisser un commentaire

Laisser votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *